Deux jours de plaisirs mélodiques dans l’écrin de verdure du Cinquantenaire. Avec des artistes d’ici et d’ailleurs.

C’est devenu une bonne habitude. Pour la sixième année consécutive, la Fête de la Musique prend ses quartiers à Bruxelles dans le parc du Cinquantenaire.

Deux jours, deux scènes en plein air, une affiche internationale, des bars à cocktails, des arts de la rue, des concerts et des animations destinés aux kids, des stands de nourriture exotique, des prestations plus intimistes sous les engins volants exposés au Musée de l’Armée… Avouez que vous êtes gâtés.

Pour la partie musicale, outre la légende reggae Lee "Scratch" Perry et le retour de la formation culte de rock indie Dead Man Ray, c’est le duo féminin le plus explosif du moment que la Fête de la Musique convie. Nous parlons bien sûr de Juicy. Après s’être fait connaître avec leurs reprises de tubes R&B/hip-hop nineties, Julie et Sasha affirment de manière frontale leur modernité sur deux EP’s sortis à douze mois d’intervalle. Musiciennes accomplies et bêtes de scène, elles proposent un show hyper “peps” synonyme d’hédonisme et d’ouverture d’esprit.

Il y avait De Niro, Pacino et Adriano Celantano. Il faut désormais ajouter Romano Nervoso, parrains du spaghetti rock made in La Louvière. Du sang italien qui coule dans les veines, du rêve américain dans les gènes, ils montent les amplis dans le rouge, font crier les filles et pleurer les guitares. Romano joue le samedi après-midi et va tout retourner.

Entre la pop Goldorak d’Atome, la chanson artisanale de Chance (dans le Hall de l'Aviation), le voyage sonore, entre blues des Touaregs et rock, servi par Kel Assouf, le hip-hop festif du 77 et celui de L’Or du Commun, il ne faut manquer sous aucun prétexte la prestation de Steam Down. Née dans le sud de Londres, cette formation néo-jazz vient de remporter deux trophées, et non des moindres, aux Jazz Fm Awards: meilleure expérience live et meilleure découverte! Tout ça donne envie, non?

TOUTE LA PROGRAMMATION