LARSEN NIGHT #2
>> un nouveau cycle de concerts qui accompagnera chaque sortie du magazine LARSEN
LARSEN NIGHT, ça défriche !

PLOGOFF, des pierres contre des fusils
x MONOLITHE NOIR
ciné concert

Pour assister à ce concert, il vous faudra respecter les conditions Covid Safe Ticket + > plus d'infos


Plogoff, février 1980. Toute une population refuse l’installation d’une centrale nucléaire à deux pas de la Pointe du Raz, en Bretagne. Six semaines de luttes quotidiennes menées par les femmes, les enfants, les pêcheurs, les paysans. Six semaines de drames et de joies, de violences et de tendresse : le témoignage d’une lutte devenue historique.

Antoine Pasqualini aka Monolithe Noir:

Le film « Plogoff, des pierres contre des fusils » m’a ému, m’a donné des frissons, fait rire et pas mal révolté. Je le trouve toujours actuel quant aux problématiques qui y sont développées: l’engagement, les violences policières, l’omnipotence d’un État Français central fort qui se contrefiche du devenir des populations et de la préservation de leur cadre de vie, de leurs vies tout court; l’aspect féministe aussi, effleuré mais toujours présent, parce que les femmes sont fortement présentes dans le film. Il s’inscrit aussi dans l’entretien d’un lien nécessaire avec le Finistère d’où je viens, il est un témoignage d’un parler encore teinté de la langue bretonne à laquelle je m’intéresse beaucoup.

Le ciné-concert était pour moi un projet nécessaire pour deux raisons : je voulais mettre en musique un film long format sans en avoir eu l’opportunité jusqu’ici. Je me suis dit qu’il fallait créer cette opportunité et essayer de nouvelles choses musicalement parlant. J’ai été très inspiré par le travail de Mica Levi dans « Under the skin » ou encore Jonny Greenwood dans « The Master » ou « Music for the body » mais aussi « Maison Rose » d’Emmanuelle Parrenin.

Je souhaitais avoir une approche plus acoustique que par avant et j’ai pour cela fabriqué une vielle à roue, un modèle loin des modèles de luthier mais une vielle à roue quand même. Cet instrument m’a permis de créer la jonction avec les synthétiseurs que j’utilise maintenant depuis quelques années.

Il me semblait que pour me fondre dans « Plogoff... » il me fallait adapter mon propos tout en gardant sauve l’identité plus ou moins définie de Monolithe Noir. J’ai tenté de combiner des éléments expérimentaux, dissonants, parfois purement percussifs avec des idées glanées dans les musiques traditionnelles d’origine celte notamment par l’usage récurrent du bourdon.


Plogoff, des pierres contre des fusils
MARDI 14 DÉCEMBRE - 20h

(ouverture des portes à 19h30)
10€

MONOLITHE NOIR
Imprévisible par nature, surprenante par choix, la musique de Monolithe Noir échappe aux qualificatifs éculés qui segmentent nos collections de disques, mais pioche allègrement dans des répertoires bien balisés : du prog à l’ambient en passant par l’electronica ou le folk, en allant fouiller au passage dans les trésors cachés de la library music italienne. Sans jamais se planquer derrière un paravent de complexité factice.

Soundcloud