Le Grand-Duché de Luxembourg n’a pas que l’essence moins chère pour seul attrait. L’alcool, aussi, et depuis un bail. D’où les bâtiments construits par la douane le long de la frontière, de ce côté de l’Eisch en tout cas. À Arlon, L’Entrepôt était à l’origine l’un de ceux-ci. Sorti de terre parmi les premiers, entre 1874 et 1895, il a longtemps servi au stockage des bouteilles, tonneaux et autres récipients confisqués aux trafiquants.

Ce 20 novembre 2013, les lieux n’embaument plus vraiment l’absinthe qui fuit, le genièvre de contrebande ou la prune de derrière les fagots. Plutôt la peinture fraîche et le matériau neuf. Après quatorze mois de travaux, l’asbl Losange a repris les activités qu’elle y menait depuis 1997. Ce soir, la télé locale vient filmer un concert. Samedi, les Legendary Pink Dots font leur retour. BRNS s’annonce en décembre… et la saison se présente sous les meilleurs auspices.

Les travaux ont essentiellement servi à revoir les espaces, commente Frédéric Lamand, programmateur et coordinateur. L’acoustique a été améliorée, tout comme le chauffage, les sanitaires, l’électricité… Jusque-là, c’était un «lieu occupé» alors qu’aujourd’hui, avec la Ville, nous avons développé une vraie salle de concert.  La Ville a fait procéder aux rénovations sur fonds propres : Ils ont mis 1 400 000 euros ! Dans le bâtiment de 30 mètres sur 11, il ne reste plus un seul centimètre carré qui n’a pas été exploité. Entre autres par de bonnes idées chipées ici et là : Un pont roulant a aussi été installé, inspiré par ce qu’on a vu aux Halles de Schaerbeek…

Du chauffage et du bruit

Une vraie salle de concert, donc… Et même deux, dans ce qui est le seul lieu de diffusion permanent de la Province de Luxembourg : la plus grande accueille 250 personnes et l’autre, particulièrement propice à la découverte, 80.  Ajoutez-y des loges dignes de ce nom, trois locaux de répétition, un catering… et les artistes passés par ici avant les transformations risquent de ne plus reconnaître l’endroit !

Pour la petite histoire, il est resté un dépôt de douane jusque dans les années 80, a ensuite été utilisé pour entreposer du café, avant d’être confié à Losange par la commune d’Arlon, dans ce même état. Disons «industriel». Ou «spartiate»… Plus propice à la visite de groupes punk, hardcore et metal que d’artistes jouant du folk ou de l’électro minimaliste. Nous avions déjà du chauffage, reprend Frédéric en riant, mais l’installation faisait 89dB. Pour de l’acoustique, ce n’était pas possible ! Un détail, pour des turbulents comme Agnostic Front, Biohazard et autres Misfits !

L’Entrepôt accueille de 300 à 400 groupes par an. En 100 à 120 soirs… La moitié des concerts environ sont des productions propres, l’autre des coprods. Aucune nuisance sonore n’est à craindre : à gauche, la crèche ferme à 19h, et à droite, on a du ferroviaire ! Du coup, sa façade caractéristique, avec le lion aux sceptres, se voit plutôt bien, parmi celles du voisinage. Mais elle ne lui a pas valu un classement : le bâtiment compte simplement dans l’inventaire du patrimoine monumental.

Suffit de demander…

L’équipement qu’il abrite a toujours fait l’objet de soins attentifs. Nous avons débuté avec du matériel acquis sur fonds propres. La Fédération Wallonie-Bruxelles nous a un peu aidés, nous avons racheté ailleurs, trouvé des bons plans… Ça a toujours été petit à petit. Là nous sommes autonomes pour 90% des cas. Nous disposons d’une façade, deux régies… Vu le nombre de concerts, nous n’aurions pas pu tenir le coup avec de la location.

À L’Entrepôt, on pousse l’accueil des artistes, désormais tous genres confondus, probablement plus loin qu’ailleurs. Qu’il s’agisse de répétition, de résidence ou de concert. Si l’eau et le courant sont prévus pour les tour-bus, un partenariat s’est même noué avec l’hôtel tout neuf construit de l’autre côté de la rue ! On ne s’étonnera donc pas d’en voir certains s’en aller une petite larme à l’œil, d’autres revenir dès qu’ils peuvent… Entre la venue de Noir Désir ou de dEUS, les anecdotes ont eu le temps de s’accumuler. C’est ici que David de Four, de United Biscuit, a rencontré No One Is Innocent dont il est devenu le guitariste. Punish Yourself a fait ici sa première belge. Mass Hysteria aussi, devant 20 personnes… Nous les avons fait revenir, c’était complet, mais il n’y avait plus d’électricité parce qu’un camion avait arraché les câbles ; les mecs n’en revenaient pas ! Une chouette histoire parmi d’autres à se raconter quand l’hiver aura installé dans le coin ses congères. Et gelé les pieds du passeur de maitrank.


L’Entrepôt
Rue Zénobe Gramme 2
6700 Arlon
Tél. : +32(0)63 23 93 57

www.entrepotarlon.be