La culture, les arts et par conséquent les institutions éducatives et formatives que sont les académies et les conservatoires doivent aujourd’hui composer avec de nouvelles logiques. Parmi ces nouvelles logiques, on peut identifier les bouleversements induits par les technologies actuelles (c’était le sujet d’étude proposé par le GRiAM lors de ses dernières journées montoises) ainsi que l’influence des systèmes économiques, et plus particulièrement la notion de rentabilité.

Ces deux tendances peuvent se déceler – implicitement – au travers des textes de cadrage des institutions d’enseignement. Ceux-ci orientent les profils de compétences visés et les manières de les évaluer sans nécessairement indiquer comment s’y prendre. Ainsi comment apprécier une production (interprétation, travail d’écriture, composition, improvisation) en académie, en conservatoire ? Comme un acte musical ? Comme une activité d’apprentissage ? Sur quelles bases l’enseignant peut-il se fonder ?

Le GRiAM propose de traiter ce questionnement en deux journées composées de conférences et d’ateliers pratiques. La deuxième journée se déroulera le 23 novembre à Arts² à Mons.


Conservatoire royal de Bruxelles
Rue du Chêne, 17
1000 Bruxelles

Modalités d'inscription (journée du 19 février 2016 uniquement)
Pour le 5 février 2016 au plus tard
En précisant les ateliers choisis

Par mail : info@conseildelamusique.be
Par téléphone : 02 550 13 20

Entrée gratuite
Nombre de places limité
Repas de midi sur réservation (5 € à payer sur place)


Informations

Conseil de la Musique
02 550 13 20
info@conseildelamusique.be


Situer la valeur d’une production musicale

Pour aborder ces questions de l’évaluation dans l’art, les deux axes constituant l’essence même de toute activité artistique sont mis en connexion. Celui de la norme historiquement animée par nombre de transgressions et celui relatif aux rapports entre le sujet (la personne) et l’objet (le produit).

  • Quelles relations s’établissent entre la production et la reproduction, entre l’innovation et l’imitation, entre les sources historiques et l’appel aux ressources du musicien ?
  • Quels sont les rapports entre les valeurs communes que nous pourrions considérer comme objectives et les valeurs personnelles qui appartiennent au champ de la subjectivité ?

Horaire du vendredi 19 février 2016 

09h15 —  Accueil

09h45 Introduction Frédéric de Roos Directeur du Conservatoire royal de Bruxelles

10h00 —  Conférence 1 La Partition  Nicolas Meeùs Musicologue — Professeur émérite à l'Université Paris- Sorbonne

11h00 — Pause

11h15 — 13h15 - 1ère session d'ateliers

13h15 — Lunch

14h15 —  Conférence 2  Modification de programme :Table ronde (invités à définir)

15h15 — Pause

15h30 — 2e session d'ateliers

17h30 — Pause

17h45 — Intermède Michel Stockhem Directeur général Arts2

18h15 — 19h00 – Synthèse : L'étude et l'exercice par Claude-Henry Joubert (ancien directeur de l’Institut de pédagogie musicale et chorégraphique de La Villette)


Les ateliers (un atelier à choisir par session)

1. Évaluer l'interprétation d'une œuvre du 18e siècle

Ewald Demeyere, Docteur en Art — Professeur au Koninklijk Muziekconservatorium Antwerpen
(accompagnement : étudiants du Conservatoire royal de Bruxelles)

2. Évaluer l'interprétation d'œuvres du 20e siècle : effets et phrasés

Pascal Decroupet, Professeur de musicologie — Université Nice Sophia Antipolis
(accompagnement : étudiants d’Arts²)

3. Le commentaire d’écoute critique d’un travail de créativité

Jean-Marie Rens, Compositeur et professeur d'analyse musicale au Conservatoire royal de Liège
(accompagnement: étudiants des conservatoires royaux de Bruxelles, de Liège et de l'Académie de musique Arthur de Greef de Saint-Gilles)