Face à l’angoissant recul de l’industrie du disque, le label de musique ancienne Ricercar ne cesse de se développer en continuant d’explorer de nombreuses pages oubliées. En 2015, il célèbre ses 35 ans d’existence avec la sortie d’un nouveau disque consacré aux commémorations des naissance et décès de Cipriano de Rore. Un double anniversaire qui tombe à pic puisqu’il permet de réunir sur un même disque ensembles et solistes fidèles au label. 

Retour 35 ans en arrière à Liège : Bernard Foccroulle, Philippe Pierlot, Musica Aurea, Pierre Bartholomée, Philippe Boesmans et Jérôme Lejeune se retrouvent autour d’une idée commune : produire des disques. Cette volonté naît de la difficulté qu’ont les ensembles à trouver des distributeurs internationaux, notamment pour l’ensemble Musica Aurea qui produit à son compte un enregistrement consacré à des Terpsichore de Praetorius. Naît alors de ce constat Ricercar, un label dont la quête permanente de recherche et de découverte en est le « leitmotiv ». Derrière le titre (Ricercar/Recherche) se cache aussi une ancienne forme musicale instrumentale contrapuntique basée sur le procédé de l’imitation ; le nom choisi prend alors toute sa place par rapport au projet du label. Les premiers enregistrements sortent vite de terre (Praetorius, Telemann, Villa-Lobos, Boesmans) tandis que de plus en plus de productions de musique ancienne fleurissent. De cette accumulation émerge Ricercar Consort, ensemble à géométrie variable. Ricercar produit jusqu’à plus de 300 enregistrements, toujours dans la conduite éditoriale de Jérôme Lejeune, pilier du label. En plus de la production scientifique, le musicologue gère également les directions artistique et technique tout en assurant les prises de son, conférant ainsi une conception sonore propre au label. Plusieurs thématiques se dessinent, des pièces pour orgue de compositeurs allemands aux œuvres de compositeurs belges (Lassus, Grétry, Franck…). Avec un renouvellement constant, Ricercar a devant lui un avenir brillant avec un projet qui n’a pas changé depuis sa création. Depuis 1980, beaucoup d’artistes rejoignent le label : Philippe Herreweghe et le Collegium Vocale, Leonardo Garcia Alarcon et la Cappella Mediterranea ou le Chœur de chambre de Namur, Sophie Karthäuser, Jean Tubéry et la Fenice, Guy Van Waas et Les Agremens, démontrant que plus que jamais la musique ancienne suscite l’intérêt et que le disque a encore un avenir prometteur devant lui.

Un disque pour souffler 35 bougies

Cipriano de Rore, né en 1515 ou 1516 à Renaix, est un compositeur dont le lien entre la tradition polyphonique héritée de Josquin Desprez et le style nouveau du madrigal italien est établi. À l’image de bon nombre de ses compatriotes, il part en Italie découvrir et s’imprégner d’un monde musical riche et développé. De par ses diverses activités, il devient très vite et sans conteste l’un des représentants les plus fidèles et populaires de la musique italienne à l’époque. Il décède à Parme en 1565 en laissant derrière lui un répertoire conséquent (plus de cent motets, plusieurs messes, divers recueils de madrigaux à quatre et cinq voix), influençant les jeunes compositeurs pendant plus d’un demi-siècle. Certains de ses madrigaux, comme Anchore que col partire qui connaît jusqu’à trente versions différentes, sont transformés, adaptés et ornementés par d’autres compositeurs et musiciens. Anchore que col partire, présenté ici sous sept versions différentes pour voix, harpe, ensembles instrumentaux ou encore pour orgue, officie en tant que fil conducteur de ce cd. Du profane au religieux, cet enregistrement basé sur la variété et la diversité, fait appel à la plupart des ensembles qui participent régulièrement aux enregistrements de Ricercar : ensembles Cappella Mediterranea, Clematis, L’Achéron, Vox Luminis, Doulce Mémoire et le Chœur de Chambre de Namur associés à des solistes et chefs reconnus : Bernard Foccroulle, Paulin Bündgen, Jean Tubéry, Mariana Flores, Leonardo Garcia Alarcon, Lionel Meunier…

Quand Jérôme Lejeune, principal responsable du label, envisage la parution d’un disque anniversaire, Cipriano de Rore devient une évidence :

Quelle est la ligne directrice, le projet de Ricercar ? 

Jérôme Lejeune : Il n’a pas changé. Recherche et découverte de répertoire inédit et d’interprétations qui rendent justice et histoire à des répertoires malmenés pas des interprétations peu respectueuses des sources.

Quelle est l’origine du disque anniversaire ?

C’est simplement la conjonction de l’anniversaire de Ricercar et celui de Cipriano de Rore que je considère comme l’un des plus importants compositeurs du 16ème siècle. Il a ét très injustement peu servi dans le domaine du disque.

Comment s'est déroulée la conception du programme ? 

J’ai tout simplement fait une sélection dans l’abondante quantité de partition et j’ai sollicité les divers artistes pour leur contribution au disque, tout en leur suggérant ces choix qui ont été discutés bien sûr.

Pourquoi avoir réuni autant d’artistes pour ce disque ?

Le répertoire de cette époque étant l’un des grands centres d’intérêt de Ricercar, il est apparu très évident que tous les artistes fidèles au label soient invités à cette fête. Ils apportent chacun avec leurs particularités et leurs compétences une vision bien particulière de différentes œuvres de de Rore et des nombreuses versions ornementées que ses compositions ont provoquées.

Quel avenir pour la musique ancienne ?

Il reste toujours des tas de curieux avides de découvrir de nouvelles choses, tant du côté des artistes que de celui du public. A contrario, il existe une quantité de personnes frileuses qui n’ont aucune curiosité et qui ne suivent que les vedettes et les œuvres  connues… Hélas ce sont eux qui font la loi. Mais cette question est très vaste et je ne prétends pas connaître la vérité… Un simple sentiment.

Quel avenir pour Ricercar ?

Continuer dans la même voie avec toujours cette idée qu’un disque est de plus en plus une « page d’histoire de la musique ».

www.outhere-music.com